Joëlle

Elle était chats, haiku, origami. Elle était surtout d’une imagination et d’une créativité incroyable. A l’époque où je la côtoyais, au sein de l’association, elle gagnait concours de nouvelles sur concours de nouvelles, tant son écriture était ciselée. Elle était d’une douceur réconfortante et d’une gentillesse rare. A laquelle s’alliait une modestie qui est la caractéristique des grands hommes, ou femmes. Joëlle Ginou-Duvivier va me manquer. Va nous manquer.

VD.

CABARET LELIA

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :